Lecture·Lifestyle

« La maison zen » Keisuke Matsumoto

Je vous propose aujourd’hui mon avis et critiques sur le livre de Keisuke Matsumoto  » La Maison zen » sorti le 1 Mars de cette année. Une jolie leçon d’un moine bouddhiste sur le nettoyage et le rangement de son intérieur ( concret et mental ). Bonne découverte !

« L’espace dans lequel vous vivez est le reflet de votre vie intérieure. Prenez en soin et votre esprit sera plus en paix « .

Ce livre m’a été envoyé par la maison d’édition L’iconoclaste, il s’intitule La maison Zen, leçons d’un moine bouddhiste de Keisuke Mastumoto, il est disponible en librairie au prix de 17 euros, traduit du japonais par Jean Baptiste Flamin.

J’essaye de plus en plus de vous présenter des livres qu’ils soient green, écolo, santé ou zen. Je les présente toujours de la même manière une présentation du livre, de l’auteur, le contenu, mes impressions ainsi que mon avis. N’hésitez pas à me proposer des titres en commentaires.

mastumoto-portrait

L’auteur : Keisuke Matsumoto (36 ans) est une figure originale et tout à fait unique, l’une des plus charismatiques du monde du bouddhisme zen. Diplômé d’études religieuses à l’université de Tokyo, il a aussi obtenu un MBA à l’ Indian School of Business, avant de devenir moine zen au Temple Komyoji à Kyoto il y a treize ans.Il a créé, avec un groupe de jeunes bouddhistes, un site Internet pour organiser des concerts et un « temple café » où se tient une Terrasse ouverte. Il est membre de l’Institut Renge-Ji pour la recherche bouddhiste, et délégué pour le Pro-gramme de leadership américano-japonais.

 

Quatrième de couverture : Dans les temples zen, la journée commence avec le ménage. Balayer ou range, ce n’est pas seulement nettoyer mais bien libérer l’esprit de ses tracas. Votre maison peut aussi devenir un espace de sérénité. Jour après jour, une sensation de plénitude vous enveloppe et détend votre esprit. Dans cet ouvrage, l’auteur, moine zen, présente les méthodes qu’il utilise quotidiennement : comment nettoyer le sol, les vitres, comment entretenir son jardin, comment prendre soin de son corps, qu’elle cuisine préparer. Il nous livre les secrets d’une existence simple : chaque instant vécu en pleine conscience, du temps pour regarder en soi, une application dans toute les petites choses de la vie.

Le livre se décompose en 7 grande parties sous divisé en petits chapitres ( je vous les listes ci dessous, elles donnent tout son sens à se livre je trouve ):

  1. Comprendre le ménage : Ce qu’est le ménage / Sur les déchets / Que faire des insectes et autres petites bêtes / Ne pas remettre au lendemain. ..

2. Matériel de ménage : Cette partie nous en apprend un peu plus sur le ménage japonais et le matériel adéquat, samue, setta, plumeau ect..

3. Nettoyer cuisine, salle de bains et vêtements : La cuisine / La lessive / La garde-robe au fil des saisons / Réparer, raccommoder et repriser ..

 4. Nettoyer l’intérieur : Le sol et le plancher / l’espace de reception / le lieu dédié au bouddha..

5. Nettoyer l’extérieur : Le jardin / les vitres et fenêtres / la terrasse ..

6. Nettoyer le corps et l’esprit : Se laver la figure / dormir / respirer / le repas..

7. Et après le ménage : Se délester de ses possessions / ranger / ordonner / sentir les saisons..

img_20170302_201536

J’ai beaucoup aimé ce livre, surtout sa composition ou plutôt sa décomposition dans les premières parties on a vraiment pleins de conseils et d’astuces sur comment entretenir la maison. On apprend aussi pas mal de chose sur les maisons japonaises et les temples bouddhistes ainsi que leurs différents modes de fonctionnement, selon les jours et dates de l’année, le calendrier lunaire ect. Plusieurs anecdotes m’ont aussi surprise que fait sourire lors de la lecture, l’auteur sent vouloir le faire remet parfois en place nos considérations de petits européens et c’est plutôt pas mal fait.

Notre rapport aux toilettes par exemple ( que ce soit chez nous ou dans des lieux communs ) :  » Aucune pièce n’en dit plus sur une maison que les toilettes « 

Les toilettes sont pour les bouddhistes un lieu sacré ( oui oui ! ) car dans leurs croyances, la divinité gardienne du bouhhisme, Ususana Myôô a atteint l’éveil dans cette pièce. Sachez que dans la plupart des temples, des chaussons ou des sandales sont disposés à l’entrée, qu’il faut chausser le temps de s’y rendre pour ne pas salir la pièce.

Au delà du simple nettoyage, on trouve aussi dans ce guide certaines valeurs chères à mon coeur comme le ZENGOSAIDAN qui ne signifie qu’il ne faut rien remettre au lendemain, ni regretter les faits passés, ni se préoccuper de l’avenir mais vivre chaque jour le plus intensément possible. ( même si c’est plus facile à dire qu’à faire )

On retrouve aussi une grande part du zéro déchets dans leurs façons de nettoyer et de vivre en général un chapitre y est d’ailleurs consacré ainsi que sur le reprisage des vêtements de travail ou de vie. Concernant les déchets on peut trouver cette phrase page 17 «  C’est parce qu’on décide d’en faire des détritus et qu’on les considère comme tels qu’ils le deviennent  » .

img_20170302_201636

Au delà du fait que la première partie nous apprend à ranger, nettoyer spécifiquement les autres partie sont plutôt accès sur l’esprit.  J’ai beaucoup apprécié les deux derniers chapitres du livre.

Le chapitre 6 : Nettoyer le corps et l’esprit

Ce chapitre nous apprend pourquoi certaines coutumes sont ancré das notre quotidien sans vraiment que l’on sache pourquoi, il insiste aussi sur l’importance d’une bonne hygiène de vie . De petits conseils de vie sont distiller par ci par là sans en avoir l’air et cela fait tout le charme de ce livre ( en plus des illustrations de Kikue  Tamura ).

Pour apprendre à respirer et mieux dormir par exemple  » Que nous dormions ou soyons éveillés, notre vie s’écoule malgré nous sans que l’on s’en rende compte. Nous n’avons pas besoin d’en avoir conscience pour que notre coeur barre, que notre sang circule, que notre estomac et nos intestins digèrent, que nos poumons absorbent et recrachent l’air  » .

Le chapitre 7 : Et après le ménage

J’ai vraiment beaucoup aimé le cheminement du livre qui nous amène  dans ce dernier chapitre à nous questionner sur notre place dans le monde, notre fonction, nos choix ect..

Se délester de ses possessions ( page 185 ) :  » A vrai dire, il est très agréable de mener une vie dénuée de possessions « .  »  Ce petit chapitre essaye de nous faire ouvrir les yeux sur l’importance de ne pas accorder d’importance aux choses ou en tous les cas , seulement à celles qui en méritent  » Des objets de valeur, aussi précieux que le nombre de personnes qui ont mis leurs coeur et dépensé leur temps pour les produire. Voila ce qui nous reste en dernier « .

Une phrase m’a beaucoup marqué dans ce chapitre et qui je trouve s’applique à absolument tout dans notre vie «  La volonté de prendre soin des choses ne se développera pas en nous tant que l’on n’aura pas rencontré un objet que l’on considère comme précieux « . C’est beau non ?

img_20170302_201452

J’ai eu un très gros coup de cœur pour ce livre, ce n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais ( un livre sur comment apprendre a nettoyer ) mais une vraie réflexion sur le rangement, la place de chaque chose et la place de chacun d’entre nous. Une bouffée de zénitude  et d’air frais qui se lit très rapidement. Je vous le conseille fortement.

J’espère que mon article vous aura donné envie de lire cette petite merveille.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s