La masturbation féminine, toujours tabou ?

On se retrouve aujourd’hui par un article inspiré d’un commentaire récent sur Instagram. Comme qui tout arrive ! Il y a quelques semaines, j’ai via mes stories, partager avec vous mon expérience autour d’un sex-toys et des informations autour de la masturbation féminine. Et la .. Mes petits gars. Attention, le drame ! « Tu prônes une pratique interdite dans ma religion », « c’est dégeulasse de parler de ça »,  «  Tu n’as aucune pudeur ».. et j’en passe. Bizarrement l’ensemble de ces commentaires venait de femme (comme quoi hein la lutte féministe à encore de beaux jours devant elle). Alors, du coup, on va tous souffler un grand coup et on va mettre les pieds dans le plat et parler de masturbation féminine. Promis, ça va allez ! On respire, on se détends et tout va bien se passer !

Pour cet article, je serais accompagné de Pauline qui est la créatrice du love shop Vague de plaisir, on s’est dit qu’on allait « s’associer » pour répondre au maximum de vos questions et vous parler un peu de sex toys en fin d’article également. Vous avez été nombreuses à me poser vos questions via instagram, j’ai essayé de regrouper celles revenues le plus fréquemment. Si jamais je n’ai pas répondu à vos questions, n’hésitez pas à me les poser en commentaire.

.

.

Petit rappel, je ne suis ni sexologue, ni gynécologue, ni sage-femme, je vous partage mes retours sur mes propres expériences, en tant que naturopathe mais surtout en tant que femme. Comme certaines le savent je suis en train d’écrire un livre sur le sujet des tabous intimes féminin qui incluent l’ensemble des sujets dont je vous parler ici ou sur les réseaux sociaux, alimenté bien sûr de mon expérience et de nombreuses lectures. J’ai hâte de vous parler plus en détail de celui-ci. Bref revenons à nos clitos (ok, je sors !)

J’ai fait un constat effarent autour de moi ces dernières années, alors que la masturbation masculine est totalement banalisée et normalisée (film, pub, inconscient collectif), la masturbation féminine est totalement taboue. Si dans notre société c’est finalement assez bien accepté que les hommes découvrent leurs sexualités de cette manière, se masturbe plus ou moins régulièrement, voir qu’ils en ont besoin. Pour nous les femmes, c’est de la perversion, de la nymphomanie ou juste « un truc pas normal et sale », et je ne vous parle même pas de si l’on est en couple.

Jouir pour mieux se connaitre ? Jouir seule pour mieux jouir à deux ? Ayant un peu écrit sur le sujet, j’ai vu des chiffres effarent sur le manque de plaisir voire d’orgasme que les femmes peuvent avoir pendant un rapport. La masturbation chez la femme est le plus souvent pratiqué lors d’une relation sexuelle avec un partenaire pour 85 % des femmes qui se masturbent. Chez la femme, on distingue les plus souvent deux formes de masturbation, la vaginale qui consiste à stimuler son vagin par la pénétration ou clitoridienne qui consiste à caresser son clitoris. Le fait de se masturber peut avoir un énorme impact sur la vie sexuelle et sur son propre épanouissement même lorsque l’on est en couple. La masturbation permet par exemple de maintenir une libido et un désir constant. C’est un moment à soi (ou à partager en couple) qui permet pour certaines de découvrir d’autres plaisirs, d’explorer des fantasmes ou simplement de prendre du temps pour soi.

Si l’on connait bien les bienfaits de la masturbation sur la vie sexuelle, on connait moins bien les bienfaits qu’elle peut avoir sur notre quotidien et notre santé de manière plus généralisé. La masturbation et le plaisir jouent un rôle important sur le stress et la prévention de l’anxiété, en effet grâce à la libération d’endorphines, les hormones « du bienêtre » jouent un rôle important sur le relâchement des muscles, l’apaisement du corps, outre la diminution du stress, se masturber permet aussi de mieux dormir et pour certaines elle agit même comme un antidouleur contre les migraines ou les règles douloureuses.  Je ne savais pas spécialement comment aborder le sujet plus profondément avec vous, j’ai donc décidé de vous laisser la parole via une faq sur mon compte instagram et de répondre aux questions qui revenait le plus. Je laisserais également Pauline répondre à vos questions plus relatives à l’utilisation de sex-toys juste en dessous.

  • Comment se procurer du plaisir seule ? C’est une vaste question, il n’y a pas de mauvaise ou de bonne façon de faire finalement. Se masturber ça ne veut pas forcement dire « se toucher les parties intimes » chez certaines ça peut être de regarder ou d’écouter un audio-porn, chez d’autres se caresser le corps, se faire un massage, prendre du temps pour découvrir son corps sous la douche. Le but c’est plutôt d’explorer son corps, son plaisir et ses propres sensations. Certaines préfèrent se masturber avec un sex-toys (voir plus bas) ou simplement avec les doigts. De la même manière, il n’existe pas une bonne position pour se masturber, même si l’image un peu classique c’est la femme allongé les jambes écartées, ce n’est pas forcement le cas pour tout le monde, assise, sur le ventre, les jambes serrés, c’est à chacune d’explorer ses propres envies et sensation.
  • La masturbation féminine impacte-t-elle la fertilité ? On a longtemps pensé dans l’histoire de la médecine que la masturbation impactée de manière négative la fertilité, puis on a cru l’inverse pour finalement se rendre compte que ça n’avait pas spécialement d’impact sur le point physiologique pur. Par contre comme expliqué plus haut, la masturbation détends, tout ce qui est bon pour détendre et bon pour faire un bébé. Notamment quand on a du mal à concevoir, que les rapports deviennent un peu mécaniques ou que l’on stress de ne pas pouvoir tomber enceinte rapidement. Elle n’impacte pas négativement la fertilité et elle l’impact de manière aussi positive qu’un bon bain ou qu’un massage.
  • Est-ce que se masturber trop le clitoris de manière externe peut rendre compliqué les orgasmes par pénétration ? C’est un peu une fausse question, l’orgasme vient uniquement par le biais du clitoris que la stimulation soit internet (par pénétration) soit externe (par stimulation de la partie externe du clitoris). Tu peux prendre l’habitude de « jouir » par une des deux stimulations plus facilement, ou jouir uniquement d’une certaine manière mais physiquement ou « mécaniquement » non absolument pas.
  • As-tu déjà entendu parler du coregasm ? Pour celles qui ne connaitrait pas ce terme, le coregasm est un orgasme découlant d’une pratique physique sportive. C’est un orgasme qui découlerait de la contraction de certains muscles comme les abdominaux mais aussi d’un mélange d’hormones notamment des endorphines, de douleurs liées à la pratique musculaire et d’autres combinaison.

.

.

La question qui revient quasi systématiquement lorsque l’on parle de sex-toys, c’est de savoir comment bien le choisir pour une première fois ou quand on commence à déjà bien connaitre son corps. Pauline à donc choisi de vous partager un petit guide pour justement apprendre à choisir le sex-toys qui lui convient selon ses envies, son corps et son plaisir. Il existe 1001 types de jouets érotiques et dans l’océan des sex-toys, parfois, trouver le bon peut être un réel un combat : 55% des personnes trouvent leur expérience achat difficile et environ 30% des personnes achètent leur premier sex-toy en boutique, pour les conseils.


Il est aussi, je pense, hyper important de changer l’image que l’on a des sextoys « à l’ancienne  » très centré sur la pénétration et « claquer » sur le sexe masculin le plus souvent. Beaucoup de loveshop et de marque dont Vague de plaisir, sorte de ce schéma et ce positionnement. Les sextoys ne ressemblent plus à un truc pas super design que l’on cache sous son lit. De plus en plus, les fabricants axent leurs sextoys sur le clitoris notamment avec des designs beaucoup plus doux et plus adapté aux envies et aux préférences des femmes. 

Dans un premier temps, on va chercher à déterminer ses envies et ses besoins. Si vous achetez votre premier sex-toy pour votre couple, il faut savoir que TOUS les sextoys sont compatibles à l’utilisation à deux. Bien entendu, il existe des sex-toys spécialement conçus pour.

Si vous êtes plutôt basé sur la recherche du plaisir pur, il faut déterminer ce que vous aimez le plus :

  • Si vous aimez plutôt les stimulations du clitoris externe, partez sur un stimulateur de clitoris.
  • Si vous aimez plutôt les stimulations interne du vagin ou du point G, partez sur un vibromasseur.
  • Si vous aimez les doubles stimulation, interne et externe ou alterné, tournez-vous plutôt vers un rabbit.

Vous pouvez également choisir des sex-toys qui s’utilisent pour une stimulation anale également, on conseille plutôt de ne pas partir sur un rabbit pour une première fois car ils demandent d’être un peu plus à l’aise avec son corps et son parfois un peu plus compliqué à utiliser.

Comment choisir le matériau utilisé ? C’est une question auxquelles on ne pense pas forcément mais qui a aussi toute son importance. Silicone, verre, plastique, il existe divers matériaux.  Comme le verre, vous pouvez opter aussi pour des sex-toys en bois ou en métal (pour l’anal) à condition qu’ils soient spécialement traités pour. Les sex-toys type jelly, PVC mou sont à bannir pour des raisons de sécurité et de qualité. Ils sont souvent composés de phtalates ou d’autres molécules nocives pour la santé. De plus, ils peuvent avoir un corps collant ou dégageant une odeur très forte ! Cela peut provoquer des réactions cutanées. Du coup on part plutôt sur des matières classiques, personnellement je conseille plutôt le silicone médical tout doux pour les premières fois.


– Où place-t-on nos doigts lors de l’utilisation d’un sex-toy ? J’aime beaucoup dire qu’il faut s’écouter et laisser place à son imagination lors de l’utilisation de sex-toys (qu’on soit seule ou à deux). Tout d’abord, les doigts vont se placer naturellement selon la position, la vitesse ou l’usage qu’on a de son jouet. De plus, cela dépendra aussi du type de sex-toy qu’on a : un rabbit ne se tient pas de la même manière qu’un galet vibrant. Je pense aussi aux stimulateurs sans contact qui ont la capacité de « faire le travail tout seul », on peut les placer entre nos cuisses en les resserrant et avoir les mains libres (pour d’autres activités !)

Existe-t-il un sex-toy soufflant ou aspirant pour le clitoris ? Effectivement, cela existe. Nous allons retrouver les plus connus : les stimulateurs sans contact, qui vont stimuler le clitoris grâce à l’air (Lelo sona, womanizer liberty par exemple). Cela permet aux clitoris sensibles d’atteindre l’orgasme en douceur avec certains modèles, mais également aux clitoris peu sensibles de trouver aussi leur bonheur avec d’autres.  Il faut s’avoir qu’il existe aussi des réels aspirateurs à clitoris qui va procurer un effet de succion, mais cela reste moins rependu.

J’espère que ce petit article aura pu vous apprendre des choses et libérer à mon niveau la parole autour de la masturbation, si vous avez des questions à me poser ou à poser à Pauline, n’hésitez pas. Je vous invite également à découvrir la page de son compte instagram Vague de plaisir ou elle partage également des astuces et des informations autour du plaisir féminin.

Un commentaire sur “La masturbation féminine, toujours tabou ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s