Démêler le vrai du faux : les mycoses vaginales

On se retrouve aujourd’hui pour une série que j’avais débutée l’année dernière avec une idée derrière la tête, démêler le vrai du faux sur des sujets que l’on retrouve essentiellement sur mon blog. Vous avez pu déjà voir cette forme d’article sur les huiles essentielles ou encore les vergetures, aujourd’hui, j’avais envie de vous parler d’un sujet dont on parle souvent ici, les mycoses. Malheureusement, les mycoses vaginales sont encore une source d’infos encore complétement erronée, de fausses croyances ou des « ont-dits » qui se transmette parfois de génération en génération voire même dans le corps médical. J’en ai encore eu la preuve cette semaine, en vous demandant via instagram quels étaient vos croyances ou idées reçues sur les mycoses et autant vous dire que j’ai été CHOQUE ! Allez, c’est parti pour démêler le vrai du faux.
J’ai choisi de vous proposer cet article sous forme de questions/réponses qui reviennent le plus souvent concernant mes articles ou postes sur le sujet. J’en profite pour vous renvoyer vers plusieurs articles déjà disponibles sur le blog :

Petit rappel de la définition d’une mycose vaginale : la mycose vaginale est une infection courante due à une perturbation de la flore vaginale. Si les épisodes de mycoses peuvent être fréquents chez la femme, ils sont la plupart du temps sans danger. Brûlures, démangeaisons, irritations : la gêne occasionnée n’en reste pas moins pénible au quotidien. Je vous laisse consulter les divers articles du blog qui donnent en détails plus d’informations sur le sujet, pour nous concentrer aujourd’hui uniquement sur les idées reçues.

.

.

  • Quand ça gratte, c’est forcément une mycose vaginale ! FAUX !
    Et c’est bien le problème, beaucoup de femmes et beaucoup de personnel médical dont des médecins ont tendance à faire le raccourci, ça gratte donc c’est une mycose ! C’est totalement faux, je vous invite à lire mon article sur les pertes vaginales pour mieux le comprendre. La mycose est dû à une infection et un dérèglement de la flore, il y a des dizaines de possibilités que vos démangeaisons ne soient pas dues à une mycose et que vous ne soyez donc pas soigné correctement. Exemple le plus concert, la prescription d’ovule en cas de démangeaisons sans contrôle via un ECBU. Si vos démangeaisons ne sont pas dues aux mycoses, cela va vous apaiser voir ne plus vous faire ressentir de symptômes et pourtant la problématique est toujours là et ressurgira à un autre moment, voir aura tendance à s’aggraver.

  • Une mycose vaginale peut se traiter naturellement ! Une mycose peut se traiter seule ! FAUX !
    Si votre mycose vaginale est vraiment une mycose vaginale, elle ne pourra se traiter seule ou uniquement avec des produits naturels. Il faudra obligatoirement passer par un traitement crème + ovule voir également des probiotiques. La naturopathie et les traitements naturels vont permettre d’éviter les récidives, d’augmenter la résistance du corps, de refaire la flore, mais pas de guérir d’une mycose. Un traitement est obligatoirement et une prise en charge en naturopathie est vivement conseiller pour ne pas avoir de récidive. Notamment pour les femmes qui en souffrent de manière régulière, j’en ai souvent en consultation et c’est un long processus pour en sortir.

  • On peut attraper une mycose vaginale à la piscine, au hammam ou sur les toilettes ! C’est FAUX. On« n’attrape » pas une mycose, ce n’est pas une MST (même si celle-ci peut être portée aussi par les hommes et que l’on puisse être contaminé pendant un rapport).
    Par contre les piscines, hammam, etc. Favorise bien les mycoses, en fait, c’est tout simple ! Les endroits notamment avec de l’eau et/ou de la chaleur sont traités de manière assez importante ce qui favorise le dérèglement voir la destruction de la flora vaginale, votre flore ne pas bien, sa réponse : LA MYCOSE ! Concernant les toilettes, même si effectivement ce n’est pas l’endroit le plus propre que l’on rencontre, vous ne pouvez pas attraper de mycoses vaginales en vous asseyant sur les toilettes. Je vous laisse consulter cet article super complet de chez SLATE sur le sujet.

  • Si on a une mycose vaginale, c’est que notre hygiène est problématique ! FAUX
    L’hygiène n’a absolument rien à voir avec les mycoses vaginales contrairement à d’autres infections qui elles sont dues à un manque d’hygiène, mais c’est souvent des problématiques liées à des troubles mentaux chez des personnes qui ne peuvent gérer leurs hygiènes corporelles seules.

  • Les règles favorisent les mycoses vaginales ! C’est VRAI et FAUX.
    Cela n’a pas été prouvé par des études, mais beaucoup de femme se plaignent de cette problématique, même si majoritairement, ce sont des démangeaisons et non pas des mycoses, cela arrive. On avance l’hypothèse que les champignons se développent plus facilement avant les règles sous l’effet des œstrogènes, ce serait donc une période plus propice à en développer. 

.

.

  • Les antibiotiques favorisent les mycoses vaginales ! VRAI
    Je vous laisse consulter mon article sur le sujet. Pour un retour rapide, ici, les antibiotiques détruisent les bactéries responsables de l’infection, elles détruisent au passage également les bonnes bactéries qui permettent à notre flore vaginale d’être parfaitement équilibrée. Pensez, notamment pour les femmes qui en souffrent de manière récurrente de prendre des probiotiques lors de la prise d’antibiotiques.

  •  Elles peuvent venir des hommes aussi ! VRAI
    À proprement parler, les hommes n’ayant pas de vagin, non, ils ne vont pas souffrir de mycose vaginale, mais ils peuvent en transmettre, on le voit régulièrement chez les femmes qui souffrent de récidives pour une cause toute simple, on traite les femmes, mais pas l’homme. En cas de mycoses et avec des rapports non protégés, les hommes doivent OBLIGATOIREMENT être traité, souvent avec la même crème que les femmes avec la même application, mais sur le gland du pénis. C’est moins le cas avec des partenaires non-régulier, en effet, il ne suffit pas d’être en contact avec le champignon pour contracter une mycose : il faut également une défaillance du système immunitaire.

  • Elles sont héréditairesFAUX mais il y a une part d’hérédité
    Dans certaines familles, les femmes sont plus facilement sujettes aux mycoses, en fait, c’est majoritairement la flore vaginale qui pose problème. C’est un peu « la faiblesse » de votre famille, il n’est pas rare de retrouver des cas de mycoses récidivantes si votre maman ou vos sœurs en ont également.

  • Le stérilet favorise les mycoses VRAI
    Le stérilet favorise bien les mycoses vaginales tout comme les infections urinaires, mais on peine à avoir cette information quand on consulte en gynécologie notamment pour la pause d’un stérilet et je trouve ça malheureux, tout autant que le fait de ne pas être informé des effets indésirables de la pilule. La présence d’un dispositif intra-utérin induirait des modifications de l’écologie vaginale favorables au développement du champignon Candida albicans. L’examen de ces dispositifs chez des femmes atteintes de mycose vaginale a été mis en évidence dans plusieurs études.

J’espère que cet article aura pu vous apporter quelques informations sur vos questionnements, si ce type de sujet vous intéresse, je vous invite à découvrir la catégorie Vagina power du blog et à me suivre sur instagram pour plus de contenu exclusif.

Un commentaire sur “Démêler le vrai du faux : les mycoses vaginales

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s